La Librairie idéale #27

jardins-statuaires-2

 

Les Jardins statuaires de Jacques Abeille

En quatrième sont cités Peake, Gracq, Tolkien. De quoi entériner l’envie déjà suscitée par  la patte de l’éditeur Attila et l’illustration de Schuiten (rarement un livre m’aura autant alléchée en tant qu’objet d’abord, je suis bien peu bibliophile). Et naturellement, de quoi redouter un peu que le texte ne soit pas à la hauteur de son illustre patronage – les quatrièmes sont rarement honnêtes.

Or Jacques Abeille tient amplement les promesses faites par l’éditeur. Narrant au gré d’un voyage nostalgique et curieux l’histoire d’une civilisation disparue, c’est un roman dense et vaste, accueillant comme un livre d’images, envoûtant comme un mystère, et qui vous fait renouer avec le profond plaisir de s’entendre raconter une histoire, lorsqu’elle vous ouvre toute grandes les portes d’un imaginaire qui n’est pas si fantaisiste qu’intimement poétique – voire philosophique. C’est pourtant moins Tolkien que le Gracq du Rivages des Syrtes, qu’il évoquera, car il n’appartient décidément pas au genre fantasy, mais plutôt à ces continents du mythe qui ne survivent que d’être engloutis dans un passé (et non projeté vers de trépidantes aventures), que berce ici une langue ample et classique, ciselée sans cesser d’être aisée et souple.

Éditeurs: Attila ou Folio

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s